fbpx
 

Explorez la côte Sud de l’Île Maurice

Cette côte sud sauvage balayée par les vents, qui possède des touches d’histoire à plusieurs endroits, une réserve naturelle ou encore une forêt, est un voyage parfait et une introduction rafraîchissante à la région sauvage de l’île. Elle offre un contraste mémorable entre la nature sauvage intacte et les plages de sable blanc soyeux de renommée mondiale. Elle offre quelques spots qui abritent une faune unique, comme le pigeon rose et le kestrel. La route traverse quelques villages de pêcheurs et devient rapidement un des incontournable itinéraire touristique de l’île.

Le Morne. C’est de loin l’un des meilleurs endroits de l’île Maurice, pas étonnant que le nombre d’hôtels de luxe explose sur cette péninsule. Nous y sommes restés un moment, profitant d’une baignade et d’une promenade le long de la plage, regardant les pailles en queue surfer le vent ascendant le long de la montagne du Morne.

Le Morne Village. Après une route sinueuse, juste sous la montagne, se trouve le petit village tranquille du Morne. Village de pêcheurs typique très décontracté, avec ses habitants au bord de la route et des pêcheurs ici et la qui réparent leurs pirogues. En face du village se trouve un petit îlot appelé Ilot Fourneau. Ile en forme de dôme, elle est peu fréquentée, à l’exception des oiseaux et des enfants locaux pendant les vacances scolaires.

La Prairie. Une plage plate se trouve devant nous, et comme son nom l’indique « La Prairie » est un vaste terrain plat le long de la côte recouvert à moitié d’herbe. Idéal pour un pique-nique. A gauche de la route, une végétation sauvage et à droite une belle plage. Arrêtez-vous une minute et appréciez la beauté de l’endroit et sa vue sur la montagne du Morne !

Macondé. Dépassez La Prairie, et vous trouverez le point de vue spectaculaire de Macondé. Vous roulez au dessus de la rivière du Cap, le long des falaises, et le point de vue qui se trouve quelques mètres plus loin est incontournable. Une formation rocheuse de l’histoire volcanique de l’île Maurice, qui donne un point de vue pas comme les autres. La route est nouvelle et de nombreuses places de parking ont été aménagées. Grimpez sur le rocher de Macondé et appréciez un point de vue unique sur la région, à gauche, Le Morne et à droite, le petit village de Baie du Cap. De 15 à 20 mètres en contrebas, une eau bleue et limpide, d’une beauté inégalée.

Seaplane flights over Macondé in Mauritius

Baie du Cap est un village très actif, offrant un nouvel aperçu du mode de vie des pêcheurs. La plupart d’entre eux étaient de retour à notre arrivée, déchargeant leur pirogue et nous montrant ce qu’ils ont pêché. L’île Maurice est généreuse avec ses pêcheurs, il n’y a aucun doute à ce sujet. Le temps chaud subtropical sera cependant impardonnable pour les poissons, que nous avons décidé de laisser pour aujourd’hui.

Nous avons traversé Bel Ombre, une belle réserve naturelle. Nous avons vu un panneau à propos d’un château et nous avons décidé de nous arrêter. C’était une excellente décision ! Le Château de Bel Ombre est un chef-d’œuvre de l’époque colonial. Situé dans la réserve naturelle de Bel Ombre, il était autrefois la demeure des riches seigneurs du domaine sucrier. Datant du début des années 1800, il est maintenant entièrement restauré comme restaurant, que vous pouvez visiter et même y planifier un mariage. Plus loin sur la route, nous avons visité les vestiges d’une ancienne usine sucrière, la Place du Moulin. Les vieilles chaudières et les engrenages sont toujours là et les murs vous donnent une idée de l’aspect de l’usine.

Ilot Sancho. Passez Baie du Cap, et vous trouverez la plage de surf de l’Ilot Sancho ou Baie de Jacotet. Une petite baie ponctuée d’une petite île, bénie de quelques bons brisants à gauche, et très appréciée des surfeurs. Selon le folklore local, un pirate a caché son trésor dans la baie, donc si vous voulez devenir riche c’est ici qu’il faut commencer. La plage elle-même est un trésor, avec la petite île rocheuse que l’on peut atteindre à pieds à marée basse.

Riviere des Galets. Immédiatement après l’Ilot Sancho, une plage spectaculaire se déploie au tournant, Rivière des Galets. Voici une plage unique à l’île Maurice qui n’offre pas le sable blanc soyeux habituel mais plutôt quelques galets de gravier poli, tous bien empilés les uns sur les autres. Personne ne sait vraiment d’où viennent les cailloux et pourquoi ils sont uniques à cet endroit, mais l’explication la plus probable vient du va et vient non-stop des vagues et de la rivière juste à côté.
La plage est l’une des rares à ne pas avoir de barrière de corail la protégeant, ce qui la rend très populaire auprès des surfeurs. Les éléments s’abattent souvent sur cette côte exposée, heureusement quelques endroits protégés comme Riambel, notre prochain arrêt, offre une belle plage de sable blanc.

Rochester Fall. Un rapide détour avant Souillac, en tournant à gauche en direction de Surinam, caché dans les champs de canne à sucre se trouve les célèbres et très photographiées Cascades de Rochester. Les locaux vous indiqueront quel chemin prendre si vous vous perdez. Traversée d’une route cassée et nous arrivons enfin. La chute d’eau n’est pas très haute mais la formation rocheuse en largeur la rend spectaculaire. Quelques personnes sautent du sommet, d’autres des arbres. Pas forcément partant au début, les avoir vu faire nous donne du courage, j’ai décidé de faire le saut…encore et encore et encore ! Si vous décidez de sauter, assurez-vous de demander où sauter et où « atterrir ».

Souillac. Poursuivant notre route, nous arrivons à un village intéressant, Souillac. Autrefois port important, il n’est plus utilisé que par les pêcheurs. Un endroit calme au bord de la plage de Souillac est le jardin Telfair. Le jardin de Telfair est un endroit agréable près de la mer où les habitants vont souvent pique-niquer. Le jardin porte le nom de Charles Telfair, naturaliste et propriétaire foncier qui a développé le domaine sucrier de Bel Ombre.
Environ deux kilomètres plus loin sur la route se trouve Gris Gris. Endroit notoire, connu pour ses énormes vagues qui s’écrasent sur les falaises. Une petite crique entre deux falaises donne l’illusion d’une belle plage de baignade, et le blanc du sable ne fait qu’accentuer la tromperie du lieux. De forts courants, de grosses vagues et un panneau avec « Dangerous bath – NO SWIMMING » suffisent à convaincre tout le monde de ne pas nager ici. Le long de la côte, entre mai et août, les observateurs de baleines peuvent s’approcher profiter du spectacle lorsqu’elles migrent vers des eaux plus chaudes dans le nord.

Nous avons suivi une piste le long de la côte qui nous a conduit à des falaises plus spectaculaires. C’est Bénarès, sauvage comme il se doit. Ce qui frappe en premier, c’est l’étonnante flore qui surplombe les falaises. D’énormes vagues s’écrasent au fond, et encore, quelques pêcheurs s’affairent à tenir leur ligne, attendant patiemment la prise du jour. Une petite famille de singes est sortie de sa cachette, probablement curieuse du bruit mais ils ont disparu aussi vite qu’ils sont apparus.
On nous a dit de continuer le long de la piste pour atteindre ce que les habitants appellent « La Roche qui Pleure ». Les vagues sont si grosses qu’elles finissent par couvrir les falaises en surplomb, laissant un ruisseau d’eau de mer couler, donnant l’impression que la roche pleure ; quel spectacle. N’essayez pas d’y aller pour un selfie, ça pourrait bien être votre dernier.
Non loin de là se trouve le chef-d’œuvre naturel appelé Pont Naturel. Des rochers effondrés, taillés par les vagues, ont laissé un rocher en surplomb, donnant l’impression d’un pont. Spectaculaire !

Après Souillac, la route traverse de nombreux villages. Nous sommes passés par Bénarès, Rivière des Anguilles, L’Escalier, Mon Désert et Plaine Magnien. Il y a d’autres routes alternatives, mais nous avons décidé de traverser ces villages pour avoir un aperçu typique de la culture mauricienne. La plupart d’entre eux sont des villages agricoles et sont entourés de vastes champs de canne à sucre. La route est étroite à certains endroits et nous avons remarqué quelques chemins secondaires intéressants avec des palmiers et des cocotiers, un vestige des magnifiques maisons coloniales et des moulins de la propriété sucrière.

Pont Naturel à l’Île Maurice

Un vieux pont, également érigé pendant l’époque coloniale de Maurice, utilisé par les trains d’antan, est toujours visible et de vieilles cheminées de sucreries peuvent également être aperçues le long de la route. Un voyage figé dans le temps de ce à quoi ressemblait Maurice il y a un siècle. En suivant la direction d’un local à Plaine Magnien, nous avons découvert une plage appelée La Cambuse, cachée au bout d’une route rocheuse de canne à sucre. Littéralement derrière l’aéroport, et une belle surprise ! Nous nous demandons combien de ces plages sont encore à découvrir…

Blue Bay. Nous passons devant l’aéroport et tournons vers Blue Bay. Cette route est étonnante, les flamboyants sont tout simplement époustouflants. Un plaisir de conduire vers cet endroit n’a pas besoin d’être présenté…Un parc national marin, avec une abondance de poissons et parfois des tortues marines. L’île des deux Cocos a servi de barrière contre les forts courants et les vagues et a fait de cet endroit un paradis pour la vie marine, des poissons et coraux colorés – ce lieu est un paradis et une récompense pour les aventuriers. Il y a des bateaux à fond de verre avec équipement (palmes/masques/tubas) à louer pour explorer cette réserve marine nationale.

Vous pouvez également prendre un bateau rapide pour l’Ile au Phare, à environ une demi-heure de navigation, pour visiter un ancien phare et avoir un panorama exceptionnel de la côte sud vu de la mer. Nous avons décidé de revenir pour cela la prochaine fois, lorsque nous irons faire une excursion d’une demi-journée.

Pointe d’Esny. Le village voisin le long de la route côtière est Pointe d’Esny. Situé entre Mahebourg et Blue Bay, cette plage méconnue a un secret bien gardé : l’eau la plus bleue qui soit. Une allée le long de la route principale vous mènera à la plage, à part cela, il n’y a rien d’autre qui indique ce qui se trouve derrière les murs. Un joyau caché qui nous a pris par surprise. De la plage, nous avons une vue magnifique sur l’île aux Aigrettes, une réserve protégée, qui vaut sans aucun doute le détour.

Mahebourg est le cœur du sud. De petites rues s’entrecroisent, où les deux côtés sont occupés par des marchands ambulants et des caravanes de nourriture de rue. C’est un endroit incroyablement animé et une quantité de nourriture inimaginable, qui vous fera vibrer les papilles… Vous pouvez boire un « alouda » froid aux côtés des habitants au vieux marché ou sur l’esplanade, une jetée en bord de mer qui offre un moment de calme loin du cirque de la ville. Une vue magnifique sur Mouchoire Rouge, une petite île dans la baie, en toile de fond l’audacieuse Montagne du Lion, qui domine fièrement la baie.

Il est intéressant de noter que cette baie a été le théâtre de quelques batailles navales, dont la plus célèbre est la seule bataille navale remportée par les Français sur les Britanniques au cours du 19ème siècle (1810). Au cœur de Mahébourg se trouve le Musée Naval du Vieux Grand Port, où les deux capitaines de l’équipage naval français et britannique ont été traités « sur un pied d’égalité » (dans la même salle apparemment) après la bataille du Grand Port.

Mahebourg à l’Île Maurice

Vous trouverez dans ce grand village un magnétisme et une générosité que vous ne trouverez nul part ailleurs. Nous nous posons au bord de l’eau, fatigué mais heureux de ce voyage. Mais avant quelques spécialités locales bien méritées ! 🙂

 

Tags:
No Comments

Post A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.